GAFAM

Pouvons nous échapper aux GAFAM ?

Les réflexions d’un père moderne, occidental et … perdu.

Aujourd’hui ce n’est pas un article factuel mais une réflexion sur l’actualité récente.

Le cas Google

À l’origine un simple moteur de recherche, Google est aujourd’hui omniprésent.

  • Moteur de recherche : Google
  • Navigateur Internet : Google Chrome
  • Smartphone : Pour les plus fous un Google Pixel et pour les autres Android (présent partout sauf chez Apple).
  • Une box TV : AndroidTV
  • La voiture : Android Go
  • Un assistant vocal : Google Home
  • Une adresse mail : Google Mail
  • Une recette de cuisine vidéo : YouTube

Et j’en passe tellement Google est diversifié.

Mais dans tous les cas aujourd’hui, même si vous êtes totalement opposé à Google : Impossible d’y échapper.

Crédit : Kevin Indig

Et il ne faut pas oublier que malgré sa belle image de fournisseur de services qui agrémentent la vie quotidienne, le business de Google reste nos données personnelles. Données qu’ils n’ont même pas besoin d’acheter puisque nous les donnons volontairement en utilisant leurs produits.

Et les autres ?

C’est forcément Google qui me vient à l’esprit en premier mais cela s’applique à bien d’autres Leaders.

Prenez Amazon qui après avoir flingué le secteur de la librairie, s’attaque aux hyper-marchés et dernièrement aux salons de coiffure !

Crédit : Amazon

Personnellement, ça commence à me faire flipper.

Ce marketing de l’extrême commence à nous segmenter en tant que peuple.

Où en sommes nous ?

Le concours de la plus grosse fait partie de l’être humain c’est ainsi. Après tant d’évolutions dans tous les domaines, la majorité continue d’avoir pour seul objectif : Une plus grosse voiture que le voisin.

Aujourd’hui nous avons les possesseurs d’iPhone qui pensent faire partie de l’élite parce qu’ils ont un téléphone qui (à caractéristiques équivalentes) vaut deux fois plus cher qu’un Android et demain ?

Demain nous aurons des « clubs » tenus par les GAFAM basés sur le même business model que Netflix & consorts ? Des abonnements ?

Tu verses ta paye sur ton compte bancaire Amazon qui te prélève X euros et tu as le droit à la livraison gratuite, Amazon Prime Video, deux coupes de cheveux par mois et un fast-pass quand tu vas chez MonoPrix ?

Et puis tu en profites pour cracher par la fenêtre de ta voiture Amazon sur l’autre, qui lui n’a eu que les moyens de rentrer dans le club LIDL ?

« Chérie, regarde ce qu’ils portent ces pauvres, j’aurai honte à leur place ! »

Mais, le gouvernement nous protège ?

Je me pose la question, pouvons nous considérer comme protégés puisque tout ces GAFAM s’installent dans nos pays sans apparemment avoir de limites (et apparemment sans payer d’impôts au passage) ?

Allez me traiter de complotiste mais dans un pays comme le notre, dirigé par un ex-banquier qui se sert de YouTube pour dorer son image de marque auprès des jeunes, est ce que la limite entre politique et finance n’est pas légèrement effacée ?

Oui, j’intègre une vidéo YouTube à cet article, j’aime les paradoxes !

Et puis, parce qu’il faut en parler même si tout le monde s’en fout (avoir un plus beau gazon que le voisin c’est important vous dis-je) mais la conservation généralisée des données validée par le conseil d’état croisée avec le futur passeport sanitaire qui sera (sûrement) intégré dans l’application TousAntiCovid ?

Rien ? Personne ? Bon alors je dois vraiment être un cinglé qui voit le mal partout.

Et nos données ?

Justement, si vous lisez ce blog depuis quelques temps vous savez que ce qui m’intéresse c’est le respect de la vie privée (Privacy).

Et ça sent mauvais. Très mauvais.

Parce que pendant ce temps là, le fait que nous soyons fichés devient une banalité. Au nom de la sécurité et du confort.

L’être humain reste brillant dans sa bêtise et lorsqu’il voit un pays comme la Chine avec le crédit social pense : « Ils sont fous ces chinois ! » sans s’apercevoir que nous nous dirigeons lentement, vers un système équivalent.

Mieux déguisé, mais équivalent.

Mais pouvons nous y échapper ?

Je ne sais pas, je ne sais plus. Et c’est ce qui me terrifie en tant qu’Homme et surtout en tant que Père.

Il fut une époque où les réactionnaires se voyaient répondre : « Va vivre dans une grotte ! » mais ce n’est même plus valable puisque même si on ne sait pas ce que vous y faites, on saura que vous y êtes.

Je vous conseille (à nouveau) de lire (déjà c’est pas mal) Les Furtifs par Alain Damasio.

Dans ce livre l’auteur nous parle (en détails vers la fin du livre) d’un endroit (une île de mémoire) tenu par les Hommes à l’écart de la surveillance, de la « civilisation ».

J’ai l’impression que c’est ce qui arrive. Des castes, des clubs dans lesquels vous êtes (qui a dit que vous pourriez choisir) faisant partie intégrante d’un système qui vous broie sans vous laisser voir qu’autre chose est possible.

À moins de partir et abandonner votre confort, votre immortalité, accepter votre condition humaine. Retourner à un monde paysan en somme puisqu’on en est là aujourd’hui.
Vous pouvez ne pas utiliser Internet et ne pas avoir de smartphones, il faut bien assurer vos besoins de base et ça, ça nécessite du travail !

Conclusion

C’est un tableau très noir que je vous livre aujourd’hui mais c’est un tableau honnête et c’est le but de ce blog.

Sans jouer le rôle de journal intime, j’essaye d’y libérer mes réflexions et angoisses pour m’oxygéner et en espérant éveiller quelque chose chez vous, qui me lisez.

Malgré le côté défaitiste de cet article, je maintiens mes positions et mes espoirs. Fuir la technologie et notre monde n’est pas la solution. Il faut se l’approprier et en faire quelque chose de beau.

Se reconnecter à la Terre et s’éloigner de ce monde de plastique en gardant pieds et en utilisant des alternatives développées par des personnes réellement soucieuses (de l’écologie, l’économie, la vie privée) me parait être une priorité.

Malgré ce monde qui nous segmente et nous enferme, il faut se battre, il faut s’aimer, il faut croire et construire.

Où alors … Adieu les cons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *