Chassons le mutant cet été

Mais n’oubliez pas de vous hydrater !

Un mois sans écrire.

La régularité n’a jamais été mon fort mais je pense avoir battu un record.

Quoiqu’il en soit, je m’y remet avec un article plutôt léger ! Comme j’en parlais dans mon article sur le retro gaming, l’été sonne pour moi comme un appel aux jeux-vidéos.

Celui dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui est vieux (2019) mais vient d’être réédité sur PC : Days Gone.

C’est un jeu de type survival horror sorti sur PS4 à l’origine.

Pourquoi vous en parler ? Parce que j’ai été surpris, agréablement surpris.

Je me suis lancé dans cette aventure un peu sceptique, je ne suis pas un grand joueur de jeux de ce genre, et j’avais peur de me retrouver dans un Resident Evil par exemple.

Et en fait : Pas du tout.

Alors oui, il y a du « zombie ».

Ils sont appelés mutants d’ailleurs (je n’ai pas encore fini le jeu donc je ne sais pas le pourquoi du comment) mais ce n’est pas un jeu traditionnel avec des décors sombres sous un temps merdique en permanence et propice au moindre jump-scare.

Non, là on est plutôt sur une simulation de survie. Tu vois les Sims ? Ben pareil ou presque.

Dieu, que c’est laid.

Bon OK, j’abuse un peu. Laissez moi vous expliquer simplement :

Le jeu est un open-world dans lequel vous vous déplacez à pied ou avec votre fidèle moto.

De la même manière que votre endurance s’use quand vous courrez, votre moto consomme de l’essence et se détériore au fur et à mesure que vous l’utilisez.
Ce qui vous oblige par exemple à regarder régulièrement votre jauge d’essence quand vous faites une mission parce que le coup de la panne avec un troupeau de mutants aux fesses, ça la fout mal.

Jusqu’ici vous me direz que c’est du déjà vu.

Mais ce n’est pas tout, monde apocalyptique oblige, vous n’êtes pas le seul à tenter de survivre.

Il arrive très régulièrement que vous croisiez des patrouilles humaines qui vous attaquent, que vous tombiez dans des pièges (du genre la corde tendue entre deux arbres de chaque côté de la route), des animaux sauvages, des gens à sauver etc …

Et ce soucis du détail, cette gestion des événements fait qu’en y jouant vous devez avoir une attention constante. Ce n’est pas parce que c’est calme que le danger n’est pas présent et la moindre inattention peux coûter (très) cher.

C’est au final un jeu assez tranquille (je me suis fait surprendre une seule fois en quelques heures) mais qui vous délivre une aventure pleines de rebondissements. Et cette ambiance …

Pour être honnête et contrebalancer cet article plein d’amour, le jeu souffre de quelques défauts :

Le gameplay et le doublage VF.

Le gameplay n’est pas au top, il m’arrive de temps à autre d’appuyer sur la bonne touche pour faire une action et elle ne s’effectue pas parce qu’il fallait resté appuyé quelques secondes au lieu d’appuyer une fois … C’est pas toujours clair.

Et le doublage VF, c’est mauvais.

J’ai beaucoup écrit pour en dire peu, déjà parce que je commence tout juste le jeu et ensuite pour ne pas spoiler ceux qui voudraient s’y essayer.

Je vous laisse ici avec cette vidéo pour commencer l’été, bon gaming à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *